mercredi 30 mars 2016

Mauvaises Pâques.


Le week-end pascal vient de s’achever dans un bain de sang à Lahore (70 morts).

Dans cette ville du Pakistan, un islamiste (tendance taliban, affilié à Daech) n’écoutant que son courage, s’est fait exploser, au beau milieu d’une foule de femmes, d’enfants et d’autres, majoritairement chrétiens venus pique-niquer dans un parc pour Pâques. Dans un pays où les fidèles du Christ constituent une infime minorité (3%), mal considérée, pauvre et faible, le caractère anti-chrétien de ce misérable  attentat n’est un mystère pour personne, puisqu’il a été d'ailleurs expressément revendiqué comme tel.

Quelques esprits superficiels ont cru bon de s’étonner que la presse, les réseaux sociaux, les plateaux de télévision, le café du commerce, etc… n’aient pas bruissé à ce propos, comme lors des évènements comparables de Paris ou Bruxelles. Ils ont eu tort. Il y a quelque chose de parfaitement humain à se pâmer de ce qui survient près de chez soi, et à être moins touché par le sort de nos prochains éloignés. C’est injuste, mais c’est ainsi.

Le scandale est ailleurs.

Il est dans la réaction des responsables politiques et religieux qui, eux, ont le devoir  impératif de s’élever du commun des mortels et d’exprimer les faits et les sentiments de manière lucide, courageuse et honnête. Ce principe devrait s’appliquer en tout temps, mais il devient vital dans les  temps troublés que nous vivons, où toute erreur diplomatique ou de communication peut se payer cash.

Or, nous avons assisté à un concert d’hypocrisie et de pusillanimité  qui ne peut prêter qu’à la colère, puisque le rire est exclu en de pareilles circonstances.

En tête du peloton, sans surprise, le Président de la République française, qui réussit l’exploit de relater les faits ci-dessus sans même prononcer les mots de chrétien et d’islamiste. Il n’est question que de terrorisme. Quel terrorisme ? Quel terroriste ? Quelle cible ? Dans quel but ? Sans doute l’ignore-t-il, mais il serait le seul.

Le seul ? Non. Car il faut reconnaitre que la Maison-Blanche n’a guère fait mieux, pas plus que le Premier Ministre britannique ni le secrétaire général des Nations-Unies.

Et il m’attriste de devoir dire que le clou (sans calembour de mauvais goût) vient du Saint-Siège qui devrait être en première ligne, et qui s’est  pourtant  montré  discret et froid dans les termes de sa condamnation.

Les partis politiques traditionnels (LR, PS) ont eu un petit peu plus de cran en évoquant le caractère anti-chrétien du massacre, mais sont rapidement passés à autre chose. Seul Nicolas Dupont-Aignan a dit ce qu’il convient : « En ce lundi de Pâques, ce crime effroyable visant des chrétiens ne doit pas rester impuni ».

Est-ce ainsi que l’on parle des alliés, des victimes, des ennemis, des enjeux, en temps de guerre ? Non. Sauf si l’on tient à la perdre.
On nous dit que bientôt la France ressemblera à la Belgique. C’est idiot, puisque c'est déjà le cas. Mais avec de tels dirigeants,  elle ressemblera au Pakistan.
Malheur au vaincu.

6 commentaires:

  1. Très bel article, merci Mamasc.
    Ils ne sont pas si nombreux, ceux qui ont parlé de cet ignoble attentat de Lahore, expressément dirigé contre les Chrétiens.
    Merci encore, donc.

    RépondreSupprimer
  2. Les Chrétiens ?
    Qu'ils retournent aux catacombes !
    La République ne reconnaît que la République.
    Et les musulmans.

    RépondreSupprimer
  3. Merci !
    C'est en effet un épouvantable attentat...
    Et les réactions sont sidérantes...

    RépondreSupprimer
  4. Regardez bien : la France ressemble déjà au Pakistan!
    Évitons les Églises!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  5. N'allons pas trop vite !
    Je ne suis pas pressé !
    Amitiés .

    RépondreSupprimer